Historique et projet d’extension de la Via Fluvia

Historique

2002 : origine du projet
La Communauté de Communes a engagé depuis 2002 une réflexion pour aménager une voie verte sur son territoire.
Afin de matérialiser cette réflexion une étude de faisabilité et une étude paysagère ont été réalisées par des bureaux d’études spécialisés.

2005 : engagement des premiers travaux
Après la validation technique de ce projet et la mobilisation de nombreux financements publics, des premiers aménagements sont intervenus entre Dunières et Riotord de 2005 à 2007 sur 9.1 kms.

Devant le succès de cette portion actuelle de la Voie Verte, les élus communautaires ont engagé les réflexions pour étendre cet équipement touristique structurant sur le territoire et en direction des Communautés de Communes voisines.

2011 : élargissement de la réflexion
La réflexion s’est articulée autour de deux points :

• Côté est :
Un prolongement en direction de la Loire et de la Communauté de Communes des Monts du Pilat (Saint-Sauveur-en-Rue / Bourg-Argental). La Communauté de Communes a acheté en 2011 le tunnel du Tracol. Cet acquisition sécurise ainsi la propriété publique de cet ouvrage d’art exceptionnel de 2.5 kms de long et en état général de conservation jugé satisfaisant. Est actuellement en cours de réalisation une étude sur la présence de chauve-souris à l’intérieur de cet ouvrage, qui permettra de déterminer ses conditions d’utilisation.

• Côté ouest :
Un prolongement en direction d’Yssingeaux et de la Communauté de Communes des Sucs. Une étude a été réalisée en 2011-2012 conjointement avec la Communauté de Communes des Sucs pour analyser les différents points suivants :
> analyse de faisabilité sur la Communauté de Communes des Sucs
> mise en valeur de la gare de Raucoules qui pourrait constituer un point de raccordement stratégique avec le train touristique « La Galoche »
> réflexion sur la complémentarité entre la Voie Verte et le train touristique « La Galoche » afin de renforcer l’attractivité de ces deux équipements structurants
> mise en tourisme de la Voie Verte (définition du concept, lien avec les prestataires, communication…)

2012 : de nouvelles perspectives
Entente intercommunale
Dans le cadre de ces réflexions à visée opérationnelle, de nouvelles Communautés de Communes ont souhaité se joindre à cette démarche : Communauté de Communes de l’Emblavez (Haute-Loire) et Communauté de Communes du Bassin d’Annonay (Ardèche).
Ce travail collaboratif autour de ce projet structurant permettrait la réalisation d’une voie verte interrégionale de près de 100 kms entre les deux fleuves : Loire et Rhône.

L’idée de matérialiser cette collaboration officiellement est apparue. Ainsi, toutes les Communautés de Communes ont accepté le principe de créer une « entente intercommunale » qui permettra de suivre collectivement l’avancée de ce projet qui tient à coeur des différents territoires concernés.

Collaboration avec la CC des Sucs
En outre, des discussions avancées ont été engagées avec la Communauté de Communes des Sucs pour poursuivre le partenariat engagé (réalisation d’une étude conjointe).

Il a été conjointement validé le principe de choisir en commun une même équipe de maîtrise d’oeuvre afin d’étudier la réalisation d’une 1ère tranche de travaux.

2013 : début de la phase opérationnelle
Engagement des travaux d’extension
Sur cette base, une extension a été décidée sur les tronçons suivants sur les années 2013-2015 :

• Maisonneuve – entrée tunnel du Tracol (Riotord) : environ 1 km (avec en outre aménagement d’un chemin aérien jusqu’à la limite départementale)
• Oumey – limite avec Lapte (Raucoules) : environ 2 kms.
Cette extension se réalisera en partenariat avec la Communauté de Communes des Sucs, qui aménagera de son côté environ 8 kms de la frontière avec Raucoules sur Lapte, jusqu’au bourg de Grazac.

Pour la partie concernant la CC du Pays de Montfaucon, des financements publics importants ont pu être mobilisés : 50% de la Région Auvergne et 25% de l’Etat.

Entente
La création officielle de l’entente intercommunale est intervenue courant juin 2013 regroupant 5 Communautés de Communes (Pays de Montfaucon, Sucs, Emblavez, Bassin d’Annonay et Monts du Pilat).
C’est à partir de cette date que le travail concret sur la voie verte interrégionale a commencé.

En juin 2015, deux nouvelles Communautés de Communes ont adhéré à l’entente : CC Porte de DrômArdèche et CC Vivarhône.

Mise en tourisme
L’année 2013 a vu l’engagement d’un travail avec l’entente intercommunale pour réfléchir à la mise en tourisme de cet équipement : signalétique commune, travail avec les prestataires touristiques, charte qualitative de l’équipement, produits touristiques à créer, communication (nom, logo…), promotion…

Partenariat avec le train touristique
L’année 2013 a également vu l’engagement de discussions avec le Syndicat du Train Touristique et l’association « Les Voies Ferrées du Velay » afin d’imaginer un projet de mise en valeur à la fois de la voie verte et du train touristique.

Des éléments concrets ont été décidés : soutien financier au Syndicat du Train Touristique, aménagement de la gare d’Oumey (Raucoules), réhabilitation du tunnel à Dunières, réalisation d’un bâtiment technique pour le train touristique (Raucoules)…

2014-2020 : développement du projet

Achèvement de la voie verte sur le territoire de la Communauté de Communes
D’autres tranches de travaux vont être réalisées sur cette période afin de renforcer l’attrait touristique de cet équipement, d’en favoriser son développement et permettre des retombées économiques importantes pour le territoire :
• 2014-2016 : aménagement des abords de la gare de Raucoules
• 2015-2016 : aménagement de la voie verte entre Dunières et Montfaucon
• 2015-2016 : réhabilitation du bâtiment de la gare de Raucoules et construction d’un bâtiment technique pour le train touristique
• 2016 : aménagement de la voie verte entre Montfaucon et Raucoules
• 2015-2020 : réflexion relative au passage de la voie verte via le tracol (Riotord) en direction de la Loire (Saint-Sauveur-en-Rue). Cette réflexion est portée depuis 2018 par la Région Auvergne – Rhône-Alpes. 
• 2018-2020 : réflexions sur la réhabilitation de l’ancienne auberge GAILLARD et sur le réaménagement des abords du parvis de la gare (accès au parc arboré, piétonnisation du parvis…).

Réalisation et projets de l’entente
L’entente a validé en 2014 le lancement d’une étude marketing afin de trouver une dénomination touristique officielle à la Voie Verte, un logo, une charte graphique et une signature. Le rendu de cette étude est intervenu en 2015 avec le choix du nom « Via Fluvia : véloroute entre Loire & Rhône ».

Les actions 2016-2017 portent sur l’engagement d’un plan de communication : inauguration du nom officiel « Via Fluvia », création d’un site internet, et conception des différentes ambiances de la Via Fluvia.

Les actions 2018-2020 porteront essentiellement sur la communication :

• photothèque-vidéothèque,

• plaquette de communication,

• acquisition de matériels (stand…),

• kits partenaires,

• communication locale,

• animation, relations presse, réseaux sociaux…

Ces actions sont financées par les membres de l’entente « Via FLuvia » avec le concours des parternaires financiers suivants :

  

L’animation et la communication de la Via Fluvia sont cofinancées par l’Union Européenne dans le cadre du programme opérationnel interrégional FEDER MASSIF CENTRAL- grandes itinérances.

En un clic